fbpx
Fond noir abstrait

Environnement

Réduire l’impact carbone et environnemental

logo silhouette d'une personneMélanie Grammaticopoulos

Déléguée générale de l’ADAL (Association pour le Développement de l’Aluminium Anodisé ou Laqué)

24 février 2021

24 février 2021

Linkedin Facebook_Icon

Matériau durable, recyclable et allié de la performance énergétique des bâtiments, l’aluminium ne manque pas d’atouts pour contribuer à la réduction de l’impact carbone de la construction. La certification Qualimarine® va encore plus loin en imposant un procédé responsable tout au long de la chaîne de qualité du thermolaquage.

L’aluminium, un matériau durable et recyclable

Face au défi du développement durable et à l’enjeu climatique, l’aluminium fait figure de bon élève. D’abord, c’est un matériau durable : les produits de construction en aluminium résistent à l’épreuve du temps et ont une longue durée de vie. S’ils ont bénéficié de traitements de surface appropriés – anodisation ou thermolaquage, ils ne vieillissent pas sous l’effet du soleil ou de l’humidité.

Ensuite – et ce n’est pas le moindre de ses atouts –, l’aluminium est recyclable à 100 % et quasiment à l’infini, sans dégradation de ses qualités ni perte de sa valeur. De plus, son recyclage ne nécessite que 5 % seulement de l’énergie utilisée pour la production de métal primaire, ce qui permet de réduire considérablement l’empreinte carbone du matériau. Du fait de sa forte valeur intrinsèque, il bénéficie également d’excellents taux de collecte : aujourd’hui, le taux de recyclage de l’aluminium dans la construction atteindrait ainsi 95 % en Europe.

On estime qu’environ 30 % de l’aluminium produit dans le monde et près de 50 % de l’aluminium consommé en France sont issus du recyclage. On considère même que sur les quelque 700 millions de tonnes d’aluminium produites dans le monde depuis les débuts de la fabrication commerciale de ce matériau dans les années 1880, 75 % sont encore utilisées de nos jours.

Un métal qui améliore la performance énergétique

Grâce à ses propriétés, ce matériau contribue également à la performance énergétique. La légèreté de l’aluminium – dont la densité est trois fois moins élevée que celle de l’acier ou du cuivre – permet de réduire les émissions de CO2 lors du transport du matériau sur les chantiers.

Son excellent rapport résistance/poids permet également d’installer de grandes surfaces vitrées dans des cadres très fins en aluminium et de maximiser ainsi les gains d’énergie solaire, et donc les apports de lumière et de chaleur. Selon l’European Aluminium Association, pour les mêmes dimensions de fenêtre, de fins profilés d’aluminium à rupture de pont thermique peuvent ainsi augmenter le clair de vitrage de près de 20 % par rapport aux fenêtres équipées de cadres fabriqués avec d’autres matériaux.

L’aluminium possède aussi un fort pouvoir réfléchissant de la lumière, ce qui en fait un matériau très performant pour la gestion de l’éclairage. Des collecteurs solaires en aluminium et des conduits de lumière permettent ainsi de réduire la consommation d’énergie liée à l’éclairage artificiel et au chauffage en hiver. Des brise-soleil en aluminium peuvent également être utilisés pour compenser le besoin de climatisation en été. 

Qualimarine® : un procédé responsable qui réduit l’impact environnemental 

En matière de réduction de l’impact carbone et de responsabilité environnementale, la certification de thermolaquage Qualimarine® va plus loin en favorisant l’utilisation d’alliages recyclés, en garantissant des peintures sans solvant, sans COV et 100 % recyclables, ainsi que des traitements de surface exempts de chrome hexavalent.

Alliages recyclés

Qualimarine® permet l’utilisation d’alliages recyclés sans perte de performance, contribuant ainsi à réduire l’empreinte carbone de la filière. En effet, les conditions de qualité drastiques fixées par cette certification pour la composition chimique des alliages d’aluminium – afin de limiter au maximum les éléments chimiques susceptibles de créer des sinistres dus à la corrosion –s’appliquent quelle que soit l’origine de ces alliages, que ceux-ci soient issus du recyclage ou pas. Dans le référentiel Qualimarine®, seule compte la composition chimique des alliages.

Peintures sans solvant, ni COV et 100 % recyclables

Qualimarine® garantit des peintures exemptes de COV (composés organiques volatils) et sans solvant. Et leur application ne nécessite ni diluant, ni eau. De plus, la peinture en poudre utilisée pour le thermolaquage est 100 % recyclable. Les applicateurs certifiés Qualimarine® s’appliquent ainsi à valoriser leurs déchets grâce à la réutilisation des poudres comme matières premières (pour des produits tels que les tapis insonorisant de capot moteur).

Traitements de surface sans chrome hexavalent

Alors que la réglementation européenne sur les produits chimiques Reach n’a toujours pas interdit cette molécule présente dans les produits utilisés pour la préparation de surface, près de 95 % des lignes de production certifiées Qualimarine® utilisent déjà des systèmes de traitement chimique sans chrome hexavalent.

Pour les laqueurs certifiés Qualimarine®, toutes ces exigences environnementales vont de pair avec la qualité de leur production. La preuve : en 2020, 100 % d’entre eux ont atteint les 1 000 heures d’essai au brouillard salin acétique (permettant d’évaluer la résistance à un environnement corrosif) et les 1 000 heures d’essai de résistance à la corrosion filiforme !

Fond abstrait rouge
Fond abstrait rouge Fond abstrait rouge

Télécharger le Livre Blanc de l’Aluminium

Tout ce qu’il faut savoir sur l’aluminium dans l’architecture est dans la nouvelle édition du livre blanc de l’aluminium.

Fond abstrait rouge Fond abstrait rouge
Croix rouge

Inscrivez-vous à la newsletter

Ne ratez rien des actualités sur l’aluminium et recevez du contenu exclusif directement dans votre boite mail.